Site sur l'accordéon diatonique de Erwan 'diato' Tanguy

Technique pour accordéon diatonique en sol/do en musique irlandaise

En préambule

Si vous arrivez ici, cela sous-entend que vous avez déjà appris quelques airs et que vous vous êtes familiarisés avec quelques enchaînements de notes récurrents. Si vous arrivez à une vitesse correcte, c'est encore mieux : mettons 100 pulsations par minutes à la noire pour un reel.

Nous ne sommes pas en immersion, il va donc falloir écouter beaucoup de musique irlandaise pour s'en imprégner : lors des écoutes, vous allez devoir analyser ce qui se passe afin de mieux jouer cette musique.

Quand il s'agit d'écoute et d'analyse, il faut des bases : écouter, analyser, oui, mais quoi ???? Cette page vous donne donc des bases d'analyse ; une bonne pratique des exemples ci-dessous sera très utile, en effet, entendre des éléments et y associer le "bon geste" demande beaucoup de "travail" !! Cette page ne vous servira pas que pour la musique irlandaise, l'analyse est applicable à bien d'autres musiques.

Le rythme en musique irlandaise

Reels, hornpipes

L'interprétation binaire est peu rencontrée, parfois chez des flutistes et uillean pipers mais très rarement sur d'autres instruments, à ma conaissance jamais sur les hornpipes, et est utilisée pour l'écriture des partitions afin de faciliter la lecture, une partition n'étant en général considérée que comme un "pense-bête", autrement dit le squelette d'un air que vous n'avez pas encore personnalisé.

L'interprétation ternaire est l'interprétation quasi majoritaire, et ce sur tous les instruments. En analysant, deux croches se transforment en croche + double-croche, la première des notes est donc exactement le double de la deuxième : c'est ce qu'on appelle le "swing". Notez qu'on peut avoir des swings plus ou moins prononcés, mais la première note est toujours plus longue que la deuxième : la deuxième, écourtée, a pour fonction d'introduire la note suivante, qui elle sera "posée", etc etc. Vous connaissez ce rythme : en 6/8, c 'est ce qui se passe quand on joue "noire croche" : la noire est posée, la croche introduit la note suivante.

Ecriture binaire...

...et interprétation "swing"

En mp3 les deux versions l'une après l'autre :   

Mettez en pratique !

Tommy Peoples'Tommy Peoples g difficulté 3 2 rangées
8 basses
tab tab

A ne pas confondre, comme c'est parfois le cas, avec la transformation de deux croches en croche pointée + double croche, où la première note vaut trois fois la deuxième, ce qui est exagéré. On rencontre des couples croche pointée + double croche dans des répertoires moins joués, tel les highlands, strathspeys. Les hornpipes également sont parfois écrits en croche pointée + double croche, et parfois interprétés commes cela. En mp3 une version du hornpipe "the rights of man" en croches, en croches - doubles croches, et enfin en croches pointées - doubles croches :

Cette "interprétation ternaire" est indiquée dans certains cas (en jazz surtout) en haut des partitions par cette image :

tab

Parmi les airs, ou danses que je préfère interpréter ternaire (ça n'engage que moi !) : les gavottes, les laridés, les ronds de Saint-Vincent, les scottish, les mazurkas par exemple.
Notez que certains airs sont écrits en ternaire de nos jours (gavotte en 12/8, mazurka en 9/8, laridés 8 temps parfois en 12/8), ça n'a pas toujours été le cas.

Jigs

On rencontre les deux interprétations. La deuxième, quand elle est rencontrée, est souvent mélangée avec la première. Il s'agit pour la deuxième interprétation, à l'instar des reels et des hornpipes, d'une rythmique servant à mettre d'avantage en valeur la 'première note' (des groupes de trois croches qui se tranforment en croche pointée - double croche - croche), autrement et/où en complément des accents. Si Joe Burke joue des croches (en général), Sharon Shannon joue plus de la deuxième façon...écoutez pour voir ce que vous préférez...

Ecriture binaire...

...et interprétation "swing"

En mp3 les deux versions l'une après l'autre :   

Mettez en pratique avec l'air entier !

the blarney pilgrim g difficulté 4 2 rangées
8 basses
tab

La deuxième interprétation n'est pas aussi "carrée", il est tout de même rare d'avoir précisément " croche pointée - double-croche" pour les deux premières notes. Il y a des "valeurs de swing" différentes, qu'on ne peut écrire, et seulement ressentir ; le principe reste en revanche le même : la première note est "posée", la deuxième note à pour effet "d'amener" la troisième note.

L'accentuation en musique irlandaise

Les accents sont placés soit sur les temps, soit sur les contretemps ou les deux (plus rarement sur les jigs). J'appelle "temps" la première croche, et "contretemps" la troisième croche. Les croches 2 et 4 sont des temps faibles, on les accentue parfois (syncopes : beaucoop d'exemples : Liz Carroll, Martin Hayes, Padraig Rynne etc...), avant de les utiliser je vous conseille de pouvoir jouer à un tempo convenable, autrement cela ne sonnera pas trop "irish".

Reels

Accents sur les temps

Accents sur les contretemps

Un mix

En mp3 les trois versions l'une après l'autre :   

La même chose en plus rapide :   

Mettez en pratique !

ashplant em difficulté 3 2 rangées
8 basses
tab tab

Derek Hickey et Peter Browne dans leurs tutos DVD (accordéon irlandais en si/do, applicable sur do#/ré) mixent l'accentuation du temps et du contretemps, ce qu'on rencontre le plus fréquemment. Il existe je pense autant de façons de faire que de musiciens...Le mieux, si le jeu d'un musicien vous plaît, est de passer un petit temps à analyser sa façon d'accentuer, en vous aidant de logiciels pour ralentir la musique, Audacity, Amazing slow downer, Play It Slowly (linux)...

Ou lancez vous dans une analyse de certains musiciens reconnus...Harry Bradley aurait tendance à accentuer temps et contretemps le plus souvent possible...Kevin Burke les contretemps surtout...Joe Burke les deux...

Il sera rare de rencontrer un musicien qui n'accentue que les temps ou que les contretemps. On entend souvent qu'il "faut accentuer les contretemps en musique irlandaise"...ça devient presque une idée reçue, qui s'explique par le fait que nous cherchons tous des "règles magiques" qui s'appliqueraient à tous les airs...mais voilà, chaque air est différent, donc pas de règle ! C'est d'ailleurs ce qui fait la richesse de la musique traditionnelle, la variété des interprétations !

Reels, hornpipes

Sur les hornpipes et sur les reels (écouter par exemple le violoniste Sean Keane), des possibilités supplémentaires :

Accents sur temps et contretemps

Un mix

En mp3 les trois versions l'une après l'autre :   

Plus rapide :   

Mettez en pratique avec l'air entier !

the rights of man em difficulté 4 2rangs+5 rangées
8 basses
tab tab

Jigs

Accents sur les temps   

Accents sur les contretemps   

Un mix   

Mettez en pratique avec l'air entier !

the blarney pilgrim g difficulté 4 2 rangées
8 basses
tab

Temps, contretemps, rythme

Reels

Ici j'ai mélangé l'interprétation "swing" avec des accents. J'ai été plus loin dans le placement des accents ; il faut être suffisamment à l'aise sur les airs et sur son instrument pour pouvoir doser chaque note.

Voici les indications de volume que j'ai indiqué dans le logiciel :

  • Deuxième croche, et quatrième croche (sur les reels) : piano (p)
  • Accents : forte (f) (indiqué par l'accent sur les tablatures ci-dessous)
  • Accent secondaire : mezzo forte (mf) (indiqué par un triangle sur les reels ci-dessous)

Voici certaines nuances de son, du plus doux au plus fort :

Accents principaux sur les temps, accents secondaires sur les contretemps

Accents principaux sur les contretemps, accents secondaires sur les temps

au ralenti...puis plus rapide   

Mettez en pratique !

fermoy lassies em/g difficulté 3 2 rangées
8 basses
tab tab

Jigs

Accents principaux sur les temps, accents secondaires sur les contretemps

Accents principaux sur les contretemps, accents secondaires sur les temps

Les deux versions à suivre, au ralenti puis plus rapide   

Mettez en pratique !

the blarney pilgrim g difficulté 4 2 rangées
8 basses
tab

Pour ma part, je mélange tout le temps les versions, ça n'engage que moi. La "meilleure" façon de faire n'existe pas (ne croyez pas ceux qui vous disent "c'est comme ça qu'il fait faire !! Ce sont des menteurs..."). Créez votre façon de faire : c'est très riche et enrichissant !

Dans toutes musiques on place des accents, pas seulement en trad ! Seulement, de manière générale en trad les accents sont plus marqués, parfois plus "bruts". Pour ma part, quand j'aborde n'importe quelle danse j'essaye avant tout de placer les accents là où tombent les pas de danse...pas toujours facile selon les danses ! Après, je respecte ou non selon mon envie (et mes capacités bien sûr !!)...c'est la personnalisation !

Liaisons, nuances

Le principe de base est d'avoir le même "détaché de notes" sur tout le morceau, ne pas avoir de laisons non-voulues, gérer les détachés de notes entre le poussé-tiré et le croisé. Une fois ceci effectué, on peut s'interesser au phrasé !

Si vous préférez jouer lié, interessez-vous aux instruments à souffle continu, vous observerez que les musiciens ornementent beaucoup. N'omettez pas alors de bien développer ornementation et coups de soufflets, sinon vous risquez d'avoir un jeu fade !

Les liaisons, liaisons d'expression et les nuances qui en découlent (pas obligatoirement) : il s'agit de regrouper des notes afin de phraser les airs ; y mettre un peu d'émotion...en trad, les partitions ne montrent que mesures et phrases. Il suffit d'observer des partitions de tango, de musique classique pour observer des liaisons d'expressions : celles-ci existent aussi en trad, elles sont même indispensables pour qu'un air sonne...elles ne sont juste pas écrites afin de laisser libre cours à l'interprétation personnelle. Cela en complique l'apprentissage, puisqu'il faut étudier quelques exemples afin d'apprendre à les utiliser, et apprendre à les entendre !...voici donc quelques exemples.

Dans le reel "the heathery breeze"

Quatre exemples des deux premières mesures

En mp3 :   

C'est bien sûr très loin d'être exhaustif !...voici ce qu'on peut en dire :

  • A : le "lift". Le contretemps est amené avec une liaison et un crecendo ; très courant à l'accordéon : Josephine Marsh, Darren Breslin...
  • B : je choisis de mettre en évidence l'arpège de sol majeur (première mesure), puis l'arpège de ré majeur 7 (deuxième mesure).
  • C : je choisis de mettre en évidence un "picotage", la mélodie revient sur le sol (6 poussé) ou sur le fa# (6 tiré).
  • D : ...pourquoi pas ?
the Heathery breeze g difficulté 3 2 rangées
3 basses
tab

Dans la jig "Cleveland Park"

Quatre exemples des deux premières mesures

Les quatre exemples à suivre :   

  • A : un lift.
  • B : on met en évidence un mouvement mélodique qui se répète.
  • C : les notes qui ne changent pas d'une mesure à l'autre sont mises en évidence.
  • D : je regroupe les mouvements de notes qui vont du grave à l'aigu.
Cleveland parkIvan Drever am difficulté 4 2rangs+2 rangées
8 basses
tab

Dans un premier temps profitez des liaisons pour faire des crescendos, decrescendos. Puis essayez sans lier systématiquement, que ça ne devienne pas une règle !! n'omettez pas de travailler les nuances sur des passages en poussé-tiré, c'est tout à fait possible !
Parce que je l'entends souvent : notez que le jeu croisé ne veut pas dire jeu lié !!! Quelle bêtise...il est tout à fait possible de ne pas jouer lié en croisé...notez aussi que le jeu poussé-tiré ne veut pas dire jeu piqué, il est tout à fait possible d'adoucir les changements de sens de soufflets.

Pour les nuances, peut-être faut-il se concentrer sur certains musiciens en provenance de l'Est du County Clare (attention, je ne parle pas de "style de jeu East Clare" pour ne pas déclencher de polémique !), Feakle, Scarriff, Tulla, Ennis...Pour l'accordéon : Tony MacMahon, Johnny MacCarthy ; et pour les violonistes : Paddy Canny, Pj Hayes. Et pour faciliter vraiment les choses, Martin hayes...les nuances sont très faciles à entendre. Et d'autres, d'ailleurs...Tommy Potts, Dermot Byrne...

Pour aller plus loin, allez voir cette page !

L'accompagnement

Comprendre que la main gauche accompagne la mélodie, ce n'est pas un métronome ! Elle serait donc à placer une fois la mélodie bien "pensée"...et doit en toute logique suivre les accentuations placées sur le morceau !

Un accompagnement en pompes (basse - accord - basse - accord etc) est possible, et fonctionne si on a conscience des accents placés sur la mélodie...et de la durée des notes de l'accompagnement...

Vous êtes-vous déjà intéressés à la durée des notes de l'accompagnement ? La plupart du temps les basses et accords ont une durée d'une croche, et sont suivis d'une demi-soupir. Quand on ne joue que des noires à l'accompagnement, sans aucun silence...c'est en général (enfin, selon mon goût !) un peu trop "rempli". Pour ma part, quand je joue en pompe j'essaye d'exécuter des croches + demi-soupirs, et jouer des noires sur les temps que je veux mettre en valeur.

On trouve parfois un accompagnement en "pompes allégées" : basse - accord - silence - accord || basse - accord - silence - accord || etc. Si c'est une façon d'alléger l'accompagnement, ça reste très statique : c'est en effet simplement une rythmique placée sans tenir compte de la mélodie. Si cela ne vous dérange pas, pensez que si vous jouez en session ça peut déranger les autres...il faut s'adapter !

Attention au tempo : pour un reel, 116 battements par minutes à la noire, jouer des pompes n'est pas très approprié...quant aux jigs à tempo de danse, les pompes alourdissent énormément.

Une première approche

Première étape : placer un accompagnement en pompes, basse - accord - basse -accord etc.

Il faut trouver les "pauses" dans la mélodie, à savoir des noires, noires pointées, blanches etc qui "cassent" les enchaînements de croches. Quand ces notes tombent sur une basse, je garde la basse. Autrement je l'enlève ! Ce n'est pas une règle, il faudra toujours ajuster (écouter les basses de la guitare ou du piano par exemple !), mais ça fonctionne, ça pose la mélodie et ça allège l'accompagnement. Cela fonctionne sur les reels, les jigs, les polkas et les hornpipes.

Voici l'air que je vais prendre en exemple :

father Kelly g difficulté 3 2 rangées
8 basses
tab

Je garde les basses sous les noires, je les enlève sous les croches ; je garde les accords.

Un mp3 :   

Voici la tablature complète avec l'accompagnement modifié : Father Kelly's reel

Une deuxième approche

Vous pouvez essayer d'apprendre Tom Tavern's polka. Dans cet air, les basses sont placées sur les notes plus longues de la mélodie (noires et croches pointées), et tout autre accompagnement est enlevé. La musique irlandaise est une musique mélodique, un accompagnement n'est pas nécessaire ; dans cette polka il est minimaliste. Ecoutez par exemple Mary Rafferty (l'accordéoniste de "Cherish the ladies") ! Voici la tablature :

Tom Tavern's polkaRon Kavana g difficulté 3 2 rangées
8 basses
tab tab

Une troisième approche

Pour plusieurs notes dans un même sens de soufflet on peut placer un bourdon (une basse ou un accord), attention dans ce cas à conserver un bon détaché de notes. Si on ne place pas beaucoup de main gauche, occulter la basse profonde si possible pour équilibrer le "spectre sonore". A noter que sur sol/do il est possible d'en placer beaucoup plus que sur accordéon irlandais, il faut doser ; il faut de toutes façons doser : ce n'est pas parce qu'on peut placer une basse qu'on doit le faire.

Il n'est pas vraiment possible d'être original en accompagnement sans analyse musicale. Il faut bien sûr écouter la main gauche de l'accordéon mais aussi les bourdons du uillean piper qui sait utiliser son "full set", les ligne de basses d'une harpe, d'un piano, d'une guitare, la façon de placer les basses sur la mélodie (est-ce que ça colle à la mélodie ? Est-ce que l'accompagement est une boucle ? Une sorte de "groove" ? Temps, contretemps, syncopes ?)...

Si des notions de bases en harmonie sont utiles parfois, elles ne sont pour autant pas indispensables, et incitent d'avantage à des stéréotypes. Faire confiance à son oreille...L'oreille se (re)forme petit à petit (on l'a tous, à partir du moment où on sait parler). Plus on écoute de musique, et d'esthétiques musicales différentes, plus on est ouvert au niveau harmonique.

retour en haut de page