Site sur l'accordéon diatonique de Erwan 'diato' Tanguy

Phrasé : "détacher", "lier", "piquer"

Il est rare d'entendre parler de "détaché de notes" auprès des accordéonistes diatonique, et pourtant...c'est une base musicale importante, sans cette connaissance impossible d'avoir un minimum d'expressivité (par exemple les liaisons d'expression) ! Savez-vous dire avec précision quand vous liez des notes ? Comment vous interprétez une mélodie ? Il n'est jamais trop tard pour apprendre...

Trois grands types de phrasés: le son et l'image avant la théorie !

Le jeu détaché logo mp3 logo mp3 logo mp3
Le jeu lié logo mp3 logo mp3 logo mp3
Le jeu piqué logo mp3 logo mp3 logo mp3


Exemple ("hohner 2915") : détaché, lié, piqué (2 vitesses) logo mp3 logo mp3 logo mp3
Exemple en poussé-tiré" : détaché, "lié", piqué logo mp3 logo mp3 logo mp3

Dans deux airs...

Note : j'ai supprimé les vidéos par mégarde...j'ai prévu de faire des mp3 à plus ou moins court terme...

Exemple avec la première phrase de "la mal-aimable", un tube ! ( tablature )

Une première fois avec un détaché "normal", deuxième fois en piqué, troisième fois en lié et enfin un "mix". Plusieurs commentaires :

  • En lié, le changement de sens de soufflet (début de la troisième mesure) s'entend bien et casse l'effet.
  • Pour jouer en piqué il faut bien soigner l'accompagnement : rallonger certaines basses, ou ne jouer que des basses sur trois temps par exemple. En musique trad il est courant de bien détacher ou piquer à droite (pour le sautillement de la danse) et de rajouter du liant avec l'accompagnement.

Exemple avec une phrase de gavotte : de quoi s'amuser avec un air (si si c'est un jeu !!)

Juste un exemple pour diversifier son jeu avec peu de moyens pour rendre l'air moins "statique" :

  • Jouer par exemple la phrase avec un détaché "normal"
  • Jouer une fois en piqué
  • Répéter la phrase avec les quatre premiers temps liés, les quatre suivants...différemment !

L'importance du détaché

Le jeu détaché est à maîtriser parfaitement avant d'attaquer les deux autres types de phrasés.

Pourquoi?

- Parce qu'on a tendance à trop lier les notes, souvent sans le savoir, à tel point qu'on est incapable de dire quand on lie. L'idéal est qu'une liaison corresponde à un choix afin d'avoir une maîtrise parfaite et consciente du phrasé.

- Parce que les danses traditionnelles sont en général toniques et sautillantes, moins on lie plus on est en phase avec la danse (à moins d'utiliser des ornements pour faire "claquer" les notes comme c'est le cas pour les instruments à souffle continu comme les cornemuses, ou des bonnes attaques au soufflet).

- Pour jouer avec d'autres musiciens, et pouvoir rapprocher les lignes mélodiques : il faut pouvoir analyser le phrasé de son "compère", liaisons, non-liaisons...et donc son propre phrasé !

- Pour uniformiser le phrasé sur l'ensemble du morceau :

  • - entre les enchaînements de notes qui nécessitent un changement de sens de soufflet (détachées) et celles qui n'en nécessitent pas (qu'on a tendance à lier)

    Il est presque impossible de lier des notes en poussé-tiré, une courte interruption de son étant nécessaire pour changer de sens de soufflet pour permettre à l'air de mettre l'anche en mouvement (l'anche ayant une inertie plus ou moins importante selon sa qualité)

  • - entre les notes répétées et les autres

    On ne peut en effet pas lier des notes répétées, une courte interruption de son étant nécessaire pour rappuyer sur la touche (excepté sur certains "la" et sur les "sol", ces notes sont en double et dans le même sens de soufflet).

Une fois le phrasé uniformisé, on peut personnaliser avec quelques "piqués" et quelques "liés", selon nos goûts, notre façon de percevoir la musique : il "suffit" de chantonner un air, d'analyser, et de reproduire sur instrument. Plus on analyse, et plus on s'immerge dans la musique, plus notre phrasé s'affine !

Si on peut tout jouer en détaché, ainsi que tout en piqué, on ne joue jamais tout en lié, d'autant plus si on ne maîtrise pas les attaques avec le soufflet ainsi que certains ornements (au moins mordants et cuts), afin d'éviter de faire une musique sans accroche.

En Pratique

Le jeu "détaché"

On appuie sur une touche, on relâche la touche. Une fois la touche relâchée on peut appuyer sur la suivante.

Il y a donc un court silence entre deux sons consécutifs (La durée de ce silence est difficile à appréhender ; seul un musicien de bon niveau (donc pas forcément un prof...) peut vous aider ).

Pour deux sons consécutifs en poussé-tiré sur un même bouton, on peut garder le doigt appuyé sur le bouton, c'est le soufflet qui va détacher les deux sons : attention à la précision de l'avant-bras gauche ! Penser à s'entraîner avec différentes ouvertures de soufflet...

Le plus fiable néanmoins pour obtenir un détaché "parfait" est de changer systématiquement de doigt quand on appuie plusieurs fois sur une même touche (qu'il y ait changement de sens de soufflet ou non).

Le jeu "lié"

On appuie sur une touche; tout en la relâchant on commence à appuyer sur une autre touche, les doigts faisant en quelques sortes "balançoire". Il ne doit y avoir aucune interruption de son entre deux notes consécutives.

Pour approcher le "lié" en poussé-tiré, il ne faut pas jouer trop fort pour adoucir au maximum le son, et changer de sens de soufflet très vite mais sans brusquerie. Il est également possible d'ouvrir la soupape d'air pour adoucir les sons aux changements de sens de soufflet. Et avoir des anches "a mano" ou "tipo a mano", qui ont une réponse très rapide (il n'y en a pas sur les instruments d'études, donc si vous y arrivez sur un Hohner 2915, chapeau !)...

Le jeu "piqué"

En théorie, une note piquée vaut la moitié de sa valeur réelle : pour jouer une noire piquée on joue donc une croche suivie d'un silence de la durée d'une croche.

En pratique, on procède comme pour le jeu détaché, mais l'interruption de son entre deux notes est plus grande.

Pour deux sons consécutifs en poussé-tiré sur un même bouton, il est préférable de lever le doigt à chaque fois, à moins d'être capable de créer des interruptions de sons très courtes avec le soufflet...avoir un avant-bras gauche nerveux...

On rappuie sur le bouton avec le même doigt ("touché nerveux", type Amérique du Sud), on peut changer de doigt également, ça n'a aucune importance. Il vaut mieux néanmoins pratiquer les deux manières, les deux sont utiles. Dans tous les cas, les doigts sont réactifs, musclés, nerveux !)

retour en haut de page